Comment notre courant circule

Profitez du soleil, de la plage et des montagnes. Pendant les vacances, vous pouvez aussi abaisser votre consommation électrique et réduire vos émissions de CO2 tout en préservant votre porte-monnaie. Et ainsi apporter une plus grande contribution à la société à 2 000 watts. En Suisse, environ un tiers de l’électricité est consommé par les ménages.

Par Max Fischer

Je n’ai rien contre une douche chaude en hiver. Mais en été, il n’y a rien de mieux que de commencer la journée par une douche froide. Vous y puisez une vague de fraîcheur et faites une bonne action pour l’environnement. Une douche froide permet d’économiser beaucoup d’énergie. Car avec la douche chaude du matin ce sont en moyenne 40 litres d’eau chaude qui s’en vont. Voire 80 pour les plus gaspilleurs. La douche chaude est donc le deuxième consommateur d’énergie d’un ménage. Car l’eau chaude renferme énormément d’énergie.

Une douche interminable, ce sont 80 litres d’eau chaude. (Getty Images)
Une douche interminable, ce sont 80 litres d’eau chaude. (Getty Images)

Ceci dit, la douche est l’un de ces domaines où chacun peut contribuer activement au tournant énergétique. «Ne serait-ce que parce que l’eau chaude est produite à 75% par des sources d’énergie fossiles et à 25% par des chauffe-eau électriques», indique Thorsten Staatke, professeur à l’EPF de Zurich.

Et même les fans de la douche chaude peuvent économiser de l’énergie très simplement: avec le concours de la spin-off de l’EPFZ «Amphiro», Staatke a développé un système affichant la consommation d’eau pour la douche. «Le fait de suivre en ‹live› la quantité d’eau et d’énergie consommée pendant la douche, vous incite à économiser», indique l’auteure de l’étude Verena Tiefenbeck. Concrètement: pour réaliser cette étude, 697 foyers de la région de Zurich ont été équipés de ce système de mesure.

Le compteur intelligent pour la douche est une invention suisse.
Le compteur intelligent pour la douche est une invention suisse.

Sur son afficheur apparaît un ours polaire sur la banquise, laquelle fond plus l’eau sortant du pommeau de douche est chaude. La consommation d’énergie et d’eau a effectivement baissé de 23% en moyenne. Si l’on équipait seulement 10% de la population suisse de ce compteur intelligent, on pourrait économiser chaque année l’énergie consommée par 18 400 ménages en Suisse.

Autre possibilité d’économies: l’échangeur de chaleur pour douche primé Joulia-Inline. Son fonctionnement est extrêmement simple: l’eau chaude évacuée est répartie régulièrement sur l’échangeur de chaleur au moyen d’un couvercle-siphon. Elle y restitue sa chaleur aux tubes de cuivre avant de s’écouler, froide, dans les égouts. La chaleur des tubes de cuivre est alors transmise à l’eau froide qui coule à l’intérieur de ceux-ci, laquelle se réchauffe, passant d’env. 10 à 25 °C. L’eau froide est ainsi déjà préchauffée lorsqu’elle arrive au mitigeur, ce qui fait qu’il faut tirer moins d’eau du chauffe-eau ou de l’accumulateur solaire.

Une chose est sûre: la douche est bien plus écologique que le bain. Car il faut environ 140 litres d’eau pour remplir une baignoire. Chaque année, un chauffe-eau consomme environ 600 francs d’énergie.

Les téléviseurs, PC, PC portables, mobiles, écrans, tablettes et routeurs sont presque toujours branchés. Débranchez votre téléviseur lorsque vous partez à la mer ou en randonnée cyclotouriste. Débranchez aussi tous les reproducteurs de DVD ou Blu-ray, amplificateurs, décodeurs, consoles de jeu et systèmes audio. Le plus simple, c’est d’utiliser des réglettes multiprises munies d’un interrupteur. Et ne branchez tous ces appareils d’agrément que si effectivement vous les utilisez. Évitez le mode veille, gourmand en énergie.

Une réglette multiprises permet de neutraliser les consommateurs en veille. (Keystone)
Une réglette multiprises permet de neutraliser les consommateurs en veille. (Keystone)

À la différence de nombreux appareils ménagers, les mobiles & Cie. sont, certes, peu gourmands en énergie. Mais si vous faites la somme des innombrables appareils électroniques d’un ménage, les montants insignifiants finissent par s’ajouter. Si vous chargez votre mobile tous les jours, cela vous coûte plus d’un franc par an. Selon le modèle, une tablette vous coûte jusqu’à quatre francs, un ordinateur portable 6 francs. Et pour un moniteur de 24 pouces (60 centimètres), vous devrez débourser jusqu’à 13 francs. Les téléviseurs sont plus gourmands: plus de 30 francs pour un modèle de 47 pouces (120 centimètres) et environ 35 francs pour une PlayStation. Avant de l’installer, réfléchissez si le format cinéma est vraiment utile à la maison: car un téléviseur de 55 pouces (140 centimètres) consomme plusieurs fois plus d’énergie qu’un appareil de 28 pouces (70 centimètres) ayant la même efficacité énergétique.

Plus le téléviseur est grand, plus il consomme. (Keystone)
Plus le téléviseur est grand, plus il consomme. (Keystone)

Vous pouvez faire des économies en modifiant vos réglages. Car les téléviseurs sont préconfigurés pour être présentés en magasin, autrement dit avec des images très lumineuses et percutantes. À la maison, vous pouvez ajuster le vôtre aux conditions locales et faire des économies d’énergie. Et si vous aimez vous endormir devant la télé, utilisez impérativement la fonction Sleep Timer. Recommandation: tout ordinateur portable ou de bureau peut être configuré pour passer en mode Eco au bout d’un moment.

Le café est le stimulant préféré des Suisses. Pour que vous puissiez aussi bien démarrer la journée en vacances, votre machine à café doit atteindre sa température de service. Dès qu’elle est sous tension, en trente secondes elle consomme environ 1 000 watts pour chauffer l’eau à 90 degrés. Et une fois la première tasse servie, elle consomme à nouveau 1 000 watts pour chauffer l’eau de la tasse suivante.

Les machines à café ne répondant à aucun critère environnemental ni financier, maintiennent l’eau à une température constante de 90 degrés grâce à un élément de chauffe qui s’enclenche régulièrement. Si elle reste allumée toute la journée, selon l’office energie-environnement.ch elle consomme plus de courant pour rester opérationnelle que pour préparer un latte macchiato.

Avant la première gorgée, de nombreuses machines à café ont déjà consommé 1 000 watts. (Reuters)
Avant la première gorgée, de nombreuses machines à café ont déjà consommé 1 000 watts. (Reuters)

Les machines à café munies d’un mode «Eco» ou «Stand-by» se mettent en veille lorsqu’elles ne sont pas utilisées. Elles ne consomment alors que 1 à 4 watts. Pour préparer une tasse, vous devez donc attendre environ trente secondes jusqu’à ce que l’eau soit chaude. Il existe aussi des modèles se mettant entièrement hors tension s’ils ne sont pas utilisés pendant un certain temps. Comme s’ils étaient éteints. Encore mieux: si vous ne voulez pas préparer une deuxième tasse dans l’immédiat, n’oubliez pas d’éteindre la machine à café. C’est la meilleure manière d’économiser de l’électricité. Selon leur taille et le modèle, les machines à café consomment jusqu’à 40 francs d’énergie par an, une machine à capsules jusqu’à 30 francs environ.

Une bière fraîche, une délicieuse glace: quelque 4,4 millions de réfrigérateurs fonctionnent jour et nuit en Suisse. En comptant les congélateurs, ils consomment chaque année 1,1 milliard de kilowattheures. Regardez l’étiquette-énergie de votre appareil. Celle-ci vous informe sur sa consommation, son efficacité, sa capacité et son niveau sonore. Un combiné réfrigérateur-congélateur actuel de classe énergétique A+++ consomme 140 kilowattheures d’électricité par an – un appareil peu efficace de la classe C du siècle dernier 600 kilowattheures. Astuce: n’installez jamais un réfrigérateur à proximité d’une cuisinière, d’un lave-vaisselle ou d’un chauffage. Plus la température ambiante est élevée, plus sa consommation augmente. Un réfrigérateur ou congélateur de grande taille coûte entre 20 et 40 francs annuels. Attention: ne rangez aucun aliment chaud dans votre réfrigérateur. Sachez aussi que les réfrigérateurs pleins de givre sont des gaspilleurs d’énergie. Plus la couche de givre est épaisse, plus la consommation est élevée. Astuce: éteignez votre réfrigérateur avant de partir à la mer ou en montagne – et laissez sa porte ouverte.

: L’étiquette-énergie – ici celle d’un téléviseur – est aussi présente sur les réfrigérateurs et les congélateurs. (Keystone)
: L’étiquette-énergie – ici celle d’un téléviseur – est aussi présente sur les réfrigérateurs et les congélateurs. (Keystone)

Cela n’est pas un secret: la cuisinière est aussi très gourmande en électricité. À 450 kilowattheures par an, elle est l’un des premiers consommateurs de courant. Quelques règles simples: les casseroles doivent avoir la taille de la zone de cuisson, autrement dit ne pas être trop grandes ni trop petites. À défaut, l’énergie se perd. Aujourd’hui, il existe des casseroles particulièrement efficaces sur le plan énergétique. Une cocotte-minute permet d’économiser près de 50% d’électricité par rapport à une poêle conventionnelle. À ne pas oublier non plus: mettez toujours un couvercle pendant la cuisson. Nous sommes nombreux à utiliser une bouilloire pour chauffer de l’eau. Excellente initiative! Car chauffer de l’eau sur la cuisinière consomme environ quatre fois plus de courant qu’avec une bouilloire.

Veillez aussi à la classe d’efficacité énergétique de votre lave-linge. La classe A+++ est celle qui consomme le moins. Les appareils A+ sont les plus gourmands. Avec une nouvelle machine, vous économisez environ la moitié du courant consommé par les anciens modèles. Vous devez aussi respecter quelques règles de lavage: exploitez toute la capacité de charge de la machine. Et détrompez-vous: ce n’est pas en ajoutant de la lessive que le linge sortira plus propre. Et pour la majorité des vêtements peu à moyennement sales, une température de lavage de 30 degrés suffit. Par rapport à un cycle à 90 degrés, vous économisez alors jusqu’à 70% d’énergie.

Et par rapport à un lavage à 40 degrés, vous réduisez tout de même la consommation de 20%. Un lave-linge de 7 kg consomme chaque année entre 60 et 90 francs de courant. Faites le test: faites l’impasse sur le lavage à l’eau chaude en utilisant les toutes dernières lessives pour lavage à froid. Vous ferez alors une bonne action pour l’environnement et votre porte-monnaie, et préserverez aussi les couleurs de vos chemisiers ou t-shirts.

Attention: le sèche-linge est un grand consommateur d’énergie. Misez sur le soleil: par ces très belles journées d’été, il est largement plus économique de faire sécher votre linge sur un fil. Et si vous ne pouvez pas éviter le sèche-linge, testez le séchage à une température qui soit la plus basse possible jusqu’à obtenir un résultat satisfaisant. À ne pas oublier non plus: nettoyez régulièrement le filtre, car c’est le seul moyen de préserver l’efficacité de votre sèche-linge. Un sèche-linge de 8 kg génère un coût énergétique de 30 à 50 francs annuels.

En séchant votre linge au soleil, vous évitez de gaspiller de l’énergie avec un sèche-linge. (Keystone)
En séchant votre linge au soleil, vous évitez de gaspiller de l’énergie avec un sèche-linge. (Keystone)

Si vous n’avez que quatre assiettes et quelques tasses à laver, vous pouvez le faire à la main et éviter ainsi de mettre le lave-vaisselle en marche. Vrai ou faux? Faux! Un lave-vaisselle plein consomme moins d’eau qu’un bon lavage à la main! Un modèle de pointe a besoin de moins de dix litres d’eau pour venir à bout de la vaisselle quotidienne d’une famille, et consomme peu de détergent et moins d’un kilowattheure d’électricité – et sans devoir passer les assiettes sous l’eau avant. Mais il faut bien le remplir. Et ne pas oublier de nettoyer son filtre.

Car s’il est sale, il produit de mauvaises odeurs et réduit l’efficacité du lavage. Astuce: ne mettez pas en marche le lave-vaisselle entre midi et 20 heures. Car le courant de jour est le plus cher. Faites-le fonctionner la nuit. Mais seulement si cela ne gêne pas vos voisins.

L’éclairage électrique représente en moyenne 13% de la consommation électrique d’un ménage. Vous pouvez la réduire avec des ampoules basse consommation. Le jeu en vaut la chandelle! Pour la même quantité de lumière, une ampoule de classe énergétique A++ consomme entre 5 et 6 fois moins d’énergie qu’une ampoule de classe C et entre 7 et 8 fois moins d’énergie qu’une ampoule de classe E. En utilisant à bon escient des ampoules LED au lieu d’ampoules halogènes ou fluocompactes, une famille de quatre personnes peut économiser plus de 500 kilowattheures ou 100 francs par an. Certes, il est vrai que la part d’énergie grise d’une ampoule LED est supérieure à celle d’une ampoule incandescente classique. Mais elle est très vite compensée.

Aujourd’hui, les nouvelles voitures sont presque toutes équipées de phares LED – remplacer les ampoules, c’est aussi rentable à la maison. (AUDI)
Aujourd’hui, les nouvelles voitures sont presque toutes équipées de phares LED – remplacer les ampoules, c’est aussi rentable à la maison. (AUDI)

Plus de trois millions de ménages en Suisse consomment 1,2 milliard de kilowattheures de courant par an pour cuisiner et cuire au four. Ce que la majorité d’entre eux oublient: le mode de cuisson a une grande importance sur la consommation d’énergie. Très à la mode, les cuiseurs à vapeur sont très gourmands en électricité. Pour cuire 500 grammes de pommes de terre dans une poêle isolante, il vous faut 0,1 kilowattheure de courant. Le cuiseur à vapeur en consomme quatre fois plus, et le four avec fonction vapeur jusqu’à sept fois plus. Un four de 60 centimètres de diamètre consomme chaque année 20 à 40 francs d’électricité.

Autres concentrés d’énergie: ce steak de faux filet a généré 19 fois plus de gaz à effet de serre que la même quantité de légumes de production locale. (Getty Images)
Autres concentrés d’énergie: ce steak de faux filet a généré 19 fois plus de gaz à effet de serre que la même quantité de légumes de production locale. (Getty Images)

L’été est propice aux grillades. Un bon steak, cela ne se refuse pas. Mais pour changer, vous pouvez aussi faire griller des saucisses de tofu. Et augmenter la part de légumes au barbecue – les aubergines farcies, les tomates ou les épis de maïs sont plus respectueux du climat qu’un morceau de viande et vous permettent de varier les plaisirs. À titre de comparaison: un kilo de viande de bœuf génère autant de gaz à effet de serre que 19 kilos de légumes produits dans la région. Un barbecue électrique est très pratique, mais aussi très gourmand en électricité. Préférez le barbecue à charbon de bois. Et n’achetez que du charbon de bois certifié.

Les vacances d’été sont aussi une bonne occasion de réduire l’empreinte de CO2 par rapport aux années précédentes: en passant vos vacances en Suisse au lieu de prendre un vol long-courrier, vous préservez l’environnement. Pourquoi ne pas louer un vélo électrique et par exemple découvrir notre pays sur la «Route du cœur» de Suisse Tourisme? Vous reviendrez alors au bureau avec un esprit aéré et trouverez vous-même des idées pour bannir de votre quotidien certains générateurs de gaz à effet de serre. Par exemple en organisant des téléconférences ou vidéoconférences pour éviter les déplacements professionnels inutiles. Ou, si possible, en aménageant des journées de travail à domicile. Pour réduire les émissions dues aux trajets pendulaires.

e-tron News

Technique, société, mobilité: restez à la page dans les domaines qui marqueront la mobilité du futur.

La voiture électrique et la société à 2 000 watts

À partir de 2020, les émissions des véhicules neufs ne devront pas dépasser 95 grammes de CO2 par kilomètre. Une aubaine pour les voitures électriques: car elles émettent environ un quart de gaz à effet de serre en moins que les voitures à essence de la même catégorie. Tels sont les enseignements des analyses environnementales incluant un bilan climatique exhaustif tenant compte de tous les facteurs du transport routier – à savoir construction et entretien des routes, production et élimination des automobiles, production de carburant ou courant électrique et émissions pendant la conduite.

 

L’emploi du courant vert offre le plus grand avantage. «Pour que l’électromobilité puisse jouer son rôle dans la stratégie énergétique 2050, le recours au courant vert est impératif», considèrent les experts de la société de conseil opérant dans le monde entier, Ernst Basler und Partner, dans leur tout dernier rapport sur l’énergie. C’est-à-dire de l’énergie issue de l’eau, du soleil, de la biomasse et du vent. Pour atteindre l’objectif climatique à l’horizon 2020, selon auto-suisse la part de voitures électriques doit passer des 2,7% de l’année dernière à 10% en 2020.

 

Encore qu’une voiture électrique est plus chère à l’achat qu’un véhicule à carburant traditionnel. Mais compte tenu du prix actuel de l’électricité, un trajet de 100 km se chiffre à moins de trois francs. Alors qu’avec une voiture à essence, il faut débourser le triple. Autrement dit: plus vous avalez de kilomètres, plus la voiture électrique devient rentable.

 

Et cela sans émettre de CO2. Avec en prime un impôt sur les véhicules égal à zéro ou réduit sur les véhicules électriques dans certains cantons. Un régal pour le porte-monnaie et l’environnement.

 

Le mot magique dans les véhicules électriques et hybrides s’appelle technique de récupération ou récupération d’énergie. Stop and go – dans le trafic routier, ce mode de gaspillage revient cher et porte atteinte à l’environnement.

 

En fait, cela n’a rien de bien sorcier: le moteur produit de l’énergie, ensuite réduite à néant au freinage. Lors de ce processus, les freins chauffent et s’usent. Et l’énergie est perdue. Le principe est différent sur la voiture électrique ou hybride: lorsque vous descendez un col ou freinez de manière continue, le moteur électrique est utilisé comme alternateur. Les roues transmettent l’énergie cinétique au moteur électrique via la chaîne cinématique – comme le fait une dynamo sur un vélo. Le moteur électrique freine alors la voiture en absorbant l’énergie et en la transformant en énergie électrique. L’énergie ainsi récupérée est accumulée dans la batterie et restituée au véhicule électrique ou hybride au démarrage ou à l’accélération. Dans la descente d’un col, la récupération est très élevée.

 

En Suisse, un argument imbattable incite aussi les conducteurs de voitures électriques sensibles à l’environnement: le courant n’est pas issu du charbon ou du pétrole – entre autres grâce à nos lacs de barrages. C’est-à-dire que le trafic routier, mais aussi la production d’énergie génèrent moins de CO2.

Qu’est-ce que la société à 2 000 watts?

Tout le monde en parle. Ici et à l’étranger. Il s’agit d’une «invention» suisse. Le modèle de la société à 2 000 watts est né à la fin des années 1990 sous l’impulsion de l’EPF de Zurich. Les signes du changement climatique étaient de plus en plus visibles. Les scientifiques critiques ont alors posé la question d’un approvisionnement énergétique durable et juste.

Ils ont fixé comme objectif une puissance de 2 000 watts par habitant. Soit en 1990 une consommation mondiale annuelle de 17 520 kilowattheures (48 kilowattheures par jour). D’après les spécialistes de l’EPF, abaisser notre consommation à cette valeur est possible.

 

Notamment en optimisant l’efficacité des bâtiments, des appareils électriques et des véhicules. Mais aussi en développant des nouvelles technologies.

 

En Suisse, la demande énergétique et les émissions de gaz à effet de serre par habitant ont toujours augmenté pendant des décennies. Depuis leur maximum en l’an 2000, nettement au-dessus de 6 000 watts, selon l’antenne «Société à 2 000 watts» la consommation par habitant recule sensiblement: en 2010, elle était encore de 6 045 watts, et en 2016 déjà à 4 857. Selon les professionnels de l’énergie, notre vie devient plus efficace sur le plan énergétique, car la consommation totale d’énergie reste constante malgré la croissance de la population. Ce résultat réjouissant est aussi à mettre au compte de la politique énergétique ambitieuse de ces dernières années, opinent les experts.

 

Effectivement: plus de cent communes et villes, dont Zurich, Lucerne, Aarau, Winterthour et Zoug, ainsi que 23 cantons sur 26, ont ancré les objectifs de la Société à 2 000 watts dans leurs priorités en matière de politique énergétique. À Zurich, Lucerne et Aarau, les électeurs ont largement soutenu cette décision. Et ce n’est pas tout: très bientôt s’y ajouteront 250 nouveaux sites 2 000 watts avec une population de l’ordre de celle de Winterthour et, à moyen ou long terme, 900 sites supplémentaires réunissant une population équivalant à celle de Zurich.

 

Le projet phare est le Greencity de Zurich – d’ici 2020, plus de 700 logements seront construits sur l’ancien site de la papeterie de la Sihl conformément aux directives 2 000 watts. Ou le site Schweighof de Kriens, près de Lucerne – premier lotissement 2 000 watts en Suisse centrale.

 

L’objectif est de réduire la consommation d’énergie par habitant à 2 000 watts et les émissions de gaz à effet de serre à 1 tonne par personne et année d’ici 2100. Deux objectifs partiels ont été fixés pour 2050: 3 500 watts et 2 tonnes. Ces objectifs ne pourront être atteints qu’avec des voitures à propulsion écologique. Des alternatives préservant les ressources pointent aussi leur nez entre nos quatre murs: la croissance des énergies renouvelables et des excès de production électrique en été exigent de nouvelles possibilités de stockage.

 

«L’immeuble collectif du futur énergétique» de Leimbach, à Zurich, est un exemple signé «Umwelt Arena Schweiz». La centrale solaire sur les toits et les façades incarne une solution porteuse d’approvisionnement énergétique stable. Même en hiver, le bâtiment injecte du courant sur le réseau public – ce qui était encore impensable pour une habitation équipée en photovoltaïque. Cerise sur le gâteau: l’excès de courant en été est transformé en externe en biogaz (power-to-gas avec méthanisation), lequel est injecté dans le réseau de gaz naturel. En hiver, le biogaz ainsi produit est restitué à la maison du futur via le réseau de gaz naturel. Ce qui a permis d’obtenir une réduction des émissions de CO2  atteignant 50%. Le rôle important de la centrale énergétique est assumé par le dispositif «Hybrid Box», une manière innovante d’économiser de l’énergie. Par rapport au chauffage au fioul, les émissions de CO2  baissent de 50%. Avec l’e-gaz/le biogaz, le bilan énergétique de la maison est neutre en CO2 .

 

Au fait: Audi emploie la même technologie sur ses modèles g-tron. L’excès d’électricité produit par les éoliennes est transformé dans les installations Audi en hydrogène par électrolyse, puis en méthane – l’e-gaz d’Audi.